Le succès grandit

Un nouveau siège social pour ProDiAM

Installée dans le sous-sol de sa maison, à côté de la salle de répétition du JLB Big Band, sa société ProDiAM, pour laquelle il s'est totalement investi, élargit, au fil des mois, sa clientèle américaine. Jean-Louis peut ainsi se permettre de choisir ses clients. Il se consacre désormais aux agences de tourisme d'affaire réceptif travaillant avec une clientèle étrangère, ainsi qu’avec les luxueux hôtels quatre-étoiles de la région.
Trois ans après la création de sa société, Jean-Louis crée la SCI JLB en 1989, une société civile et immobilière qui achètera des locaux, à Cagnes-sur-Mer, qui deviendront le siège social de ProDiAM.

JLB au siège social de ProDiAM

Le CIJB (Cannes International Jazz Band)

Un succès grandissant

Le Conseil général des Alpes-Maritimes, qui subventionne de nombreux concerts, propose de programmer le JLB Big Band, dans les villes et villages du département. C’est la naissance, en 1990, de l’association Jazz Med. L’orchestre se fait alors remarquer par la qualité de ses prestations musicales, si bien que la mairie de Cannes lui demande des prestations dans le cadre de soirées organisées par la commune à l’occasion de diverses manifestations (Midem, Taxe Free, Mapic, Mipim, Gala France-Japon, 1er Festival de Jazz de Cannes, Festival International du Film, etc.). Séduits, le maire et son conseil municipal émettent le souhait que le JLB Big Band devienne l’orchestre de jazz officiel de la ville. Accédant à cette demande, Jean-Louis crée le CIJB (Cannes International Jazz Band) qui se produira sous ce nom de 1993 à 1997, à raison de quarante à cinquante galas par an.

Pierre Jean, JLB, Stéphane Grapelli, Michel Mouillot 1997

L’orchestre répète deux fois par semaine. José Ruggeri écrit de nouveaux arrangements, le répertoire s’enrichit et permet à la formation de répondre à toutes les demandes. L'album "Pour l’Amour du Jazz" distribué à cinq mille exemplaires, enregistré en public lors d'un concert en août 1997 à Mougins, retrace cette période.
En 1995 Jean-Louis engage une directrice artistique, Marie-Christine Lescure, qu'il connaît déjà depuis longtemps puisque c'est elle qui fournit, depuis dix ans, les ballets pour ProDiAM.
Cela lui permet d’être un peu plus disponible pour le CIJB, mais également pour ses guitares dont il a encore enrichi sa collection. Il possède déjà une ES-175 D de 1973, une ES-175 CC de 1981, une Howard Roberts Fusion de 1980, une ES-330 TD de 1967 et une ES-335 TD de 1978.

L'album "Pour l’Amour du Jazz"

Pour l'Amour du Jazz

ES-330TD 1967

ES-175D 1973

ES-335TD 1978

Howard Roberts fusion 1980

ES-175CC 1981

© 2020 Jean-Louis Bouyssou