Le grand tournant

En 1979, Jean-Louis fait une rencontre qui va changer sa vie. Madame Pampaloni (directrice du protocole de la ville de Nice) le met en rapport avec Lenny Spangberg, un spécialiste du tourisme d’affaires qui souhaite s’installer sur la Côte d’Azur et ouvrir une agence de voyage, Allied Travel French Riviera. Quelques semaines après leur première rencontre Jean-Louis retrouve à Monte-Carlo Lenny qui lui demande s’il est en mesure de fournir des prestations d’artistes aussi variées que possibles (musiciens, danseurs, danseuses, magiciens, numéros visuels, etc.).
— Oui ! Lui répond Jean-Louis sans hésiter, sachant qu’il n’a pourtant que des musiciens à lui proposer…

Lenny Spangberg

Hôtel Negresco 1983

Avec ce nouveau défi, Jean-Louis se sent pousser des ailes, il se retrouve avec encore plus de travail. Il faut satisfaire les exigeants clients américains. Finalement, accompagné de ses musiciens et artistes il fera la tournée de tous les hôtels, de San Remo à Avignon en passant par Saint-Tropez. Il se produira également dans des lieux plus surprenants (des caves à vins, des gares, des trains, des bus, des chapiteaux…).

Fondation Rothschild 1983

Beach Regency 1984

Au fils du temps, ses activités professionnelles et artistiques deviennent de plus en plus difficiles à gérer, mais le rapprochent de la réalisation d’un rêve qui lui trotte dans la tête depuis l’âge de quinze ans, celui de s’offrir sa première Gibson ES-175D. Ce rêve devient réalité grâce à un ami, musicien sur le paquebot France, qui lui rapporte de New York la fameuse guitare achetée chez Manny’s, un des plus grands magasins d’instruments de musique, situé sur la 47e Avenue. Jean-Louis, victime consentante du virus Gibson, ressent le besoin de développer sa nouvelle passion. Il économise alors patiemment pour s’offrir quelques pièces rares de cette marque américaine mythique et revend sa Jacobacci.
En 1985 Jean-Louis réalise l'acquisition d'une petite villa après avoir vendu son appartement acquis en 1974. Il a choisi cette maison surtout pour l'importance de son sous-sol, dans lequel il compte effectuer de gros travaux afin d'y installer une salle de musique insonorisée, où il pourra répéter avec son Big Band. Il cloisonnera cet espace de façon à en faire également un bureau qui, par la suite, deviendra, le "Musée Gibson" où il entreposera sa collection. Plus tard, il aménagera une cave à vins construite par un de ses amis, artisan maçon Meilleur Ouvrier de France.

Gibson ES-175D

© 2020 Jean-Louis Bouyssou